Un des complexes archéologiques les plus importants de l’Amérique précolombienne, Chan Chan est la cité capitale de la civilisation Chimu, une population dont l’existence remonte à avant l’apogée des Incas. Elle est située à 5km de la ville de Trujillo. Construite en adobe, elle est parvenue à rester debout malgré de nombreux…
Lire la suite

Un des complexes archéologiques les plus importants de l’Amérique précolombienne, Chan Chan est la cité capitale de la civilisation Chimu, une population dont l’existence remonte à avant l’apogée des Incas. Elle est située à 5km de la ville de Trujillo. Construite en adobe, elle est parvenue à rester debout malgré de nombreux épisodes de pluies torrentielles causées par le phénomène « El Niño » qui ont malheureusement fragilisé les murs. Les archéologues et historiens ont fait et font toujours un précieux travail de préservation du site. La cité se visite relativement rapidement et loin de l’affluence touristique que connaissent de nombreuses autres zones culturelles péruviennes. Le site de Chan Chan a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1986

L’histoire de Chan Chan

Chan Chan est la représentation de l’apogée de l’empire Chimu. On estime qu’à son apogée, l’ancienne capitale chimu comptait près de 100 000 habitants. Par rapport aux Incas, les Chimus restent néanmoins une petite civilisation. La ville de Chan Chan a connu une période de prospérité avant de souffrir de la suprématie des Incas et bien plus tard, de la conquête espagnole durant laquelle elle a été pillée et détruite.

Chan Chan est la manifestation de la culture et des croyances chimus. Dans tous les monuments de la cité, l’eau et la Lune sont les éléments les plus représentés. Alors que la plupart des civilisations précolombiennes croyaient à la toute-puissance du Soleil, les Chimus considéraient que la Lune avait plus de pouvoir car elle pouvait les éclairer de jour comme de nuit. Beaucoup de temples étaient construits en hommage à la Lune. L’eau était le second élément central. Très représentée sur les bâtiments de Chan Chan, elle était aussi très présente dans la ville grâce à de nombreux canaux exploités pour le commerce et l’agriculture.

L’organisation de la cité Chan Chan

La superficie totale de Chan Chan devait atteindre environ 25 km². A première vue, Chan Chan est un ensemble de murs d’une dizaine de mètres de hauteur dans un environnement désertique. Derrière ces murs, 9 forteresses ou citadelles étaient disposées autour de la place de cérémonie principale. Le palais Nik-An est la seule citadelle à avoir été entièrement restaurée. Pour les autres, il reste des pans de murs ou bien seulement des petits amas de terre.

Visiter le palais Nik-An

C’est l’unique forteresse de la cité que l’on peut voir en entier. Le palais a été totalement rénové. À l’intérieur, on se met à imaginer la vie de la cité et l’on prend conscience de l’importance des éléments liés à la mer et à la Lune en observant les gravures murales. A l’extérieur, des sculptures entourent les différents bâtiments de Chan Chan. Le travail des archéologues a rendu la vie à ce bâtiment qui nous permet d’imaginer les autres forteresses qui l’entourent.

La Réserve d’eau

C’est le plus grand réservoir de la ville. Il se trouve dans le Palais Nik-An et servait à organiser les cultes d’eau et les incantations à la fécondité. On retrouve toujours l’importance capitale de l’eau dans la culture Chimu. Ce n’était pas le seul réservoir de Chan Chan, cité organisée autour de l’eau : 120 autres étaient présents dans la ville pour rendre hommage à la Lune.

La place Principale de Chan Chan 

C’est là qu’avaient lieu toutes les célébrations importantes, comme les cultes au chef. La place de cérémonie principale était aussi un lieu de rencontre et de spectacles. Musiciens, chanteurs et visiteurs s’y croisaient. Les murs de la place sont ornés de monstres marins, de poissons, de filets de pêche ou encore de pélicans. 

La Plateforme Funéraire du Palais 

On y trouve la tombe du chef Chimor, entourée de 44 autres tombeaux. Officiers, proches, concubines… la croyance en un au-delà collectif incitait à regrouper les mausolées.

Los Caballitos de Totora 

 Ces fameux bateaux en roseaux ont été construits par les Chimus principalement pour la pêche. On peut les retrouver sur les plages de Huanchaco (petit port à proximité de Chan Chan), où ce type de pêche est toujours pratiqué. Ils étaient également utilisés pour se déplacer facilement entre les différents lieux de vie de la cité, l’eau étant présente partout à Chan Chan.

 

Vous pourrez visiter les ruines de Chan-Chan dans notre extension Nord du Pérou à ajouter à votre circuit.

Quand on pense au Pérou, les premières images qui nous viennent sont évidemment les sites archéologiques incas, le Machu Picchu, et la cordillère des Andes. Pourtant, la forêt amazonienne couvre près de 60% du territoire péruvien… Pour les touristes, elle est toujours surprenante, dépaysante et magnifique !   Découvrir la forêt amazonienne au…
Lire la suite

Quand on pense au Pérou, les premières images qui nous viennent sont évidemment les sites archéologiques incas, le Machu Picchu, et la cordillère des Andes. Pourtant, la forêt amazonienne couvre près de 60% du territoire péruvien… Pour les touristes, elle est toujours surprenante, dépaysante et magnifique !

 

Découvrir la forêt amazonienne au Pérou

L’Amazonie constitue la forêt tropicale la plus grande et la plus riche en biodiversité. On la découvre en partant de lodges, parfois très confortables et bien équipés, lors d’excursions à la journée. Les excursions se font soit à pieds sur les petits sentiers de la jungle, les « Trochas », ou par bateau.

Visiter la forêt amazonienne, c’est découvrir tout un écosystème avec des plantes impressionnantes. Dans la jungle, on perd ses repères de taille à cause d’arbres immenses pouvant atteindre 40 mètres de hauteur pour un tronc de 3 mètres de diamètre. Ce paysage naturel se vit dans une ambiance sonore unique, la vie des animaux, insectes, singes ou perroquets aux couleurs vives.

 

Accéder à la forêt amazonienne

La forêt amazonienne péruvienne se visite depuis différents endroits du Pérou : dans le nord à Iquitos avec notamment la réserve Pacaya Samiria, dans la région du Cusco (parc national de Manu), dans le sud à Puerto Maldonado.

C’est la zone de Puerto Maldonado qui est souvent privilégiée pour les visites car elle dispose de structures modernes et de confort, et elle est aussi accessible facilement par avion depuis Cusco ou Lima. Mais si vous en avez le temps dans la région de Cusco, le parc national de Manu propose la plus grande biodiversité d’Amazonie. L’accès particulièrement long, par bateau et piste, le réserve aux personnes ayant un budget plus élevé.

Vous trouverez à Puerto Maldonado la réserve nationale Tambopata-Candamo et son attraction célèbre: la Collpa de Guacamayos, des perroquets multicolores qui, à l’aube, s’attroupent par centaine pour manger l’argile des bords de la rivière.

 

L’Amazonie avec Voyages Incas

Nous vous proposons de découvrir la forêt péruvienne grâce à notre extension de circuit Amazonie. Cette extension vous conduit pendant 4 jours et 3 nuits (ou 3 jours et 2 nuits) dans la région de Puerto Maldonado. Après 1h30 de navigation sur le fleuve « Madre de Dios » depuis la ville, vous arriverez dans votre lodge, au coeur de la forêt amazonienne. Tous les repas seront servis dans le restaurant du lodge, et donc toutes les excursions ou balades se font par demi-journée.

Nous vous conseillons d’ajouter cette extension en fin de séjour pour profiter des lieux pour vous reposer.

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous.

Le Machu Picchu est le premier site touristique du Pérou, il est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983. Situé dans la Vallée Sacrée entre les Andes et la forêt amazonienne, la cité sacrée des incas culmine à 2 438 mètres d’altitude. Les ruines se trouvent sur la crête entre les sommets…
Lire la suite

Le Machu Picchu est le premier site touristique du Pérou, il est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983.

Situé dans la Vallée Sacrée entre les Andes et la forêt amazonienne, la cité sacrée des incas culmine à 2 438 mètres d’altitude. Les ruines se trouvent sur la crête entre les sommets du Huayna Picchu et du Machu Picchu qui lui a donné son nom. Le site surplombe la rivière Urubamba d’une falaise de plus de 600 mètres.

Difficile d’accès, le Machu Picchu n’a été redécouvert que tardivement, en 1911 par l’historien américain Hiram Bingham. Une découverte qui n’en est pas vraiment une puisque le site n’a jamais réellement été oublié par les populations locales.

 

Histoire du Machu Picchu

Construit dans l’aire géographique sacrée de Cusco vers 1440, à l’apogée de l’empire inca, le Machu Picchu a dû être déserté un siècle plus tard lors de la conquête espagnole. La cité sacrée des incas devait pouvoir abriter plus de 1000 personnes, essentiellement l’élite religieuse et politique, les travaux agricoles étant effectués par des travailleurs venant de toutes les provinces de l’empire. Malgré la construction de cultures en terrasse, la ville restait dépendante des importations venant des autres provinces.

Les conquistadors n’ont jamais découvert la cité, qui n’a donc pas été pillée ou détruite, mais sans l’influence des incas de Cusco, les lieux ont perdu leur sens autant que leur source d’approvisionnement. De plus, la ville a dû se vider pour rejoindre la cour en exil lors de la résistance contre l’envahisseur.
Il est possible aussi que les habitants soient morts à cause de la variole introduite par les espagnols.

Si la cité est abandonnée, les zones de culture sont utilisées jusqu’au XXe siècle, ce qui indique que le lieu n’a pas disparu de la mémoire collective. En juillet 1911, l’historien américain Hiram Bingham est guidé jusqu’à la ville oubliée par un agriculteur local. Sans être le découvreur de la cité sacrée, Bingham a permis son exploration.

 

La Cité Sacrée des Incas

Le site du Machu Picchu se découpe en deux zones: une zone agricole et une zone urbaine.

La zone agricole: exposée au sud, cette zone est découpée en terrasses dont la structure est faite de pierres, d’argile et de terre. Ce choix ingénieux des incas permet à l’eau de circuler pour éviter que la structure s’effondre. Elle tient encore aujourd’hui…

Dans cette zone, on pouvait produire du maïs, des pommes de terre et des légumes permettant d’alimenter la cité.

La zone urbaine: séparée de la zone agricole par un long mur de 400 mètres, la zone urbaine du Machu Picchu se découpe en deux axes:

  • Le premier est une grande place construite en terrasses
  • Le second est un escalier qui fait office de rue principale

A l’intersection de ces deux axes, on trouve la zone sacrée et les quartiers nobles où pouvait résider l’empereur inca.

Dans cette zone sacrée, on trouve le temple du soleil consacré à Inti, le dieu Soleil, principale divinité des incas. Le Machu Picchu devait être un lieu de culte, en témoigne la quantité de temples.

Dans les quartiers nobles, une sorte de tour conique construite en blocs de pierre finement taillé attire l’attention. C’est le Torréon à l’intérieur duquel on trouve des autels sacrificiels. Sous  le Torréon, une petite cavité pouvait servir de mausolée pour accueillir les momies.

 

Accéder au Machu Picchu

Le site est accessible à tous.

Le plus simple et le plus commun pour aller au Machu Picchu est de prendre le train touristique, soit depuis Cusco, soit depuis Ollantaytambo. Ce train nous emmène jusqu’au village d’Aguas Calientes (ou « Machu Picchu Pueblo »), situé en contrebas de la cité sacrée. A Aguas Calientes, des navettes peuvent vous conduire, par une route sinueuse, à l’entrée du Machu Picchu.

Il est également possible de se rendre au Machu Picchu à pied en faisant le fameux trek du « chemin de l’inca ». Ce trek de 4 jours est l’un des plus connus, mais maintenant il n’est accessible qu’en passant par une agence de voyage, et est très contrôlé. Le « chemin de l’inca » passe par plusieurs cols dans les Andes, dont un à plus de 4000 mètres d’altitude: il n’est donc pas à la portée de tous…

Quel que soit votre moyen d’accéder au site, le Machu Picchu limite le nombre de visiteurs, en théorie, à 2500 par jour.

 

Le Machu Picchu avec Voyages Incas

Il est préférable d’arriver tôt sur le site du Machu Picchu. Dans nos circuits, nous proposons donc de dormir la veille à Aguas Calientes, la petite ville située au pied du Machu Picchu. Cela permet de pouvoir visiter la cité sacrée dès le lever du jour… Le spectacle est alors magique: souvent, un peu de brume recouvre le site, puis la cité inca apparait petit-à-petit… Un moment inoubliable !

Suite à la visite guidée du Machu Picchu, le temps libre permet à ceux qui le veulent de monter jusqu’à Inti Punku (la porte du soleil): la vue sur tout le site de le cité inca est impressionnante !

 

Le Machu Picchu est le lieu incontournable de tout séjour au Pérou. Le site se visite bien sûr dans nos circuits : Les Incontournables du Pérou, Le Sud Pérou ou sur mesure.

Cusco est une ville située à une altitude de 3 400 m dans la Cordillère des Andes, au sud-est du Pérou. En quechua, Cusco veut dire nombril, véritable centre du monde pour les Incas. Fondée au XIème siècle, l’ancienne capitale de l’empire Inca compte aujourd’hui 350 000 habitants. Partiellement détruite en 1535 lors de…
Lire la suite

Cusco est une ville située à une altitude de 3 400 m dans la Cordillère des Andes, au sud-est du Pérou. En quechua, Cusco veut dire nombril, véritable centre du monde pour les Incas. Fondée au XIème siècle, l’ancienne capitale de l’empire Inca compte aujourd’hui 350 000 habitants. Partiellement détruite en 1535 lors de la conquête espagnole, la ville demeure une étape absolument incontournable pour les circuits touristiques :

 

1. À voir au cours de la traversée de l’Altiplano péruvien (trajet Puno – Cusco)

  • Le Musée de Pukara: un 1er arrêt au musée de Pukara vous permettra de découvrir l’histoire des peuples andins, traversant les hauts plateaux avec leurs troupeaux d’alpagas et de lamas, de l’an 500 avant J.C à l’an 400 après J.C.
  • Un 2ème arrêt au col de la Raya: avec une altitude de 4 335 m, il est le point le plus élevé de l’Altiplano péruvien, entre les contreforts est et ouest des Andes centrales.
  • Le complexe archéologique de Raqchi avec l’imposant temple Wiracocha (12 m de hauteur) et ses gros blocs de pierre volcanique taillés et bien ajustés. À côté se trouvent les silos (qolqas) pour ravitailler les pèlerins allant à Cusco.
  • La Chapelle Sixtine du Pérou au village d’Andahaylillas: édifiée en pleine nature par les Jésuites en 1580, cette magnifique église, aux 3 croix de style baroque, se trouve à une altitude de 3 198 m, à 35 km de Cusco. Elle renferme des fresques du peintre espagnol Luis de Riano et plusieurs tableaux appartenant à l’école de Cusco. Son autel est ciselé d’or !

 

2. Visite de la ville de Cusco: classée par l’UNESCO en 1983 comme « Patrimoine culturel de l’humanité », Cusco n’en finit pas de dévoiler ses secrets aux visiteurs

  • La Plaza de Armas: à l’époque Inca, y était organisée la fête annuelle du soleil. C’est dans ce lieu qu’a été tué Tupac Amaru, le dernier souverain de la dynastie de Manco Inca. En 1566, on y a construit la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption et l’église de la Compagnie de Jésus, style renaissance.
  • La Koricancha ou le Temple du soleil: 5 temples et un grand jardin artificiel doré. Le lieu le plus sacré pour les Incas est aujourd’hui dirigé par des moines dominicains.
  • Les Musées: musée Inca, musée de l’Art précolombien, musée du Caoutchouc et du Chocolat, musée de l’Art religieux et musée d’histoire régionale.
  • Le marché San Pedro: de très nombreux petits stands vous permettent de trouver fruits, légumes, fleurs, artisanat, cadeaux… Marché très pittoresque riche en couleurs, odeurs et saveurs, et où on peut parfois trouver des choses très surprenantes…

 

3. Visite des villages et des ruines de la Vallée Sacrée des Incas, pendant votre voyage au Pérou

  • Pisac: ses ruines Incas, perchées sur une colline, ses terrasses agricoles sur les versants abrupts, et son fameux marché très coloré du dimanche matin.
  • Chinchero: ses ruelles pavées, ses pierres taillées, ses terrasses, ses teintureries…
  • Machu Picchu: site à caractère religieux, ville où résidait l’empereur Pachacutec, cité absolument incroyable classée au patrimoine mondial depuis 1983 (Unesco) et l’une des 7 nouvelles merveilles du monde.
  • Moray: ce site archéologique représente un centre Inca de recherches agricoles. Il se trouve à 50 km au nord-ouest de Cusco. Ses terrasses en cercles concentriques forment 3 amphithéâtres (1 principal + 2 secondaires). Construites avec des murs de soutènement, ces terrasses pépinières produisaient plus de 250 espèces de plantes.
  • Les salines de Maras: paysage étonnant et magique, près du site de Moray au cœur de la cordillère des Andes

 

Découvrez toutes ces merveilles dans nos circuits: Les Incontournables du Pérou, Le Sud du Pérou et bien sûr dans un voyage sur mesure si vous le souhaitez.

 

Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.

Fondée en 1657 sous le nom de San Juan Bautista de Puno, située à 3827 m d’altitude sur les bords du lac Titicaca, la ville compte aujourd’hui près de 150 000 habitants. Etant la capitale régionale de l’Altiplano péruvien, elle est un point de passage obligatoire pour les circuits touristiques et également vers…
Lire la suite

Fondée en 1657 sous le nom de San Juan Bautista de Puno, située à 3827 m d’altitude sur les bords du lac Titicaca, la ville compte aujourd’hui près de 150 000 habitants. Etant la capitale régionale de l’Altiplano péruvien, elle est un point de passage obligatoire pour les circuits touristiques et également vers la capitale bolivienne La Paz. Voici quelques endroits qui méritent d’être visités à Puno, lors de votre voyage au Pérou :

 

1. Le lac Titicaca

Son nom, en aymara, signifie Roc du puma, et désigne un grand rocher qui se dresse au milieu de l’une de ces îles, l’Isla del Sol ou l’île du soleil. Cette île, la plus grande du lac, est le véritable centre de la mythologie Inca (lieu de naissance de Manco Cápac et Mama Ocllo, couple fondateur de la dynastie Inca…). Situé à une altitude de 3 812 m, sur la frontière entre le Pérou et la Bolivie, le lac Titicaca est considéré comme le plus haut lac navigable du monde. Il s’étend sur une superficie d’environ 8 500 km² (4 772 km² au Pérou). Sur ce lac, d’une longueur de 190 km et d’une profondeur moyenne de 107 m, se trouvent plusieurs îles: l’isla del sol (île du Soleil), Taquile, Amantani, isla de la Luna, Suriqui et les Uros (îles flottantes).

 

2. Les îles flottantes Uros

Leur nom vient de celui des tribus indiennes qui les peuplaient. Ici, la végétation est polyvalente. Ces îles, dont le nombre avoisine 60, sont des îles artificielles fabriquées avec des roseaux flottants, la Totora (plante macrophyte de surface). Les couches sont superposées de manière judicieuse et l’amarrage garantit la stabilité de ces îles. Ces roseaux servent aussi à construire les maisons, le mobilier, et même les embarcations (balsas) en forme de dragon, ou de cygne. La partie basse des roseaux, appelée chullu est comestible.

 

3. L’île de Taquile

Ses habitants ont conservé leur train de vie originel. Autosuffisants, leurs échanges avec les villes avoisinantes sont très limités. Leurs revenus proviennent essentiellement de la vente des produits de l’artisanat (vêtements en laine d’Alpaga, tapis et ustensiles en roseau…) et parfois de l’hébergement des touristes dans leurs maisons pour une ou 2 nuits, rendu obligatoire vu l’absence d’hôtels à Taquile.

 

4. Le site archéologique de Sillustani

Datant de la période pré-inca, ce site funéraire se trouve sur les rives du lac Umayo, à 34 km de Puno, et à une altitude de 3 840 m. Ses tombes en forme de tours cylindriques sont appelées Chullpas. Leur hauteur est comprise entre 8 et 12 m. Elles ont été édifiées avec de la pierre taillée et de la chaux, pour enterrer des personnages de rang élevé chez les Colla, un peuple de guerriers qui a gouverné la région avant la venue des Incas. Selon les rites funéraires des Colla, les corps momifiés des membres de la même famille (10 au maximum) devaient être enterrés dans la même tombe. Trois indices nous permettent de conclure que les Colla croyaient à un autre cycle de vie possible après la mort: la momification et les objets de valeurs mis à côté des momies, la position fœtale du corps et une seule ouverture de la tombe du côté de l’est (le lever du soleil, signe d’une nouvelle vie ?).

 

Découvrez le lac Titicaca avec nos circuits

 

Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.

Se trouvant à 1 000 km au sud de Lima et à 2 335 m d’altitude, Arequipa compte maintenant presque 1 million d’habitants. Cette 2ème grande ville du Pérou a été inscrite en l’an 2000 comme « patrimoine mondial de l’Unesco ». Située entre le désert et la haute montagne, la ville oasis est entourée par 3…
Lire la suite

Se trouvant à 1 000 km au sud de Lima et à 2 335 m d’altitude, Arequipa compte maintenant presque 1 million d’habitants. Cette 2ème grande ville du Pérou a été inscrite en l’an 2000 comme « patrimoine mondial de l’Unesco ». Située entre le désert et la haute montagne, la ville oasis est entourée par 3 volcans dont l’altitude va de 5 000 à 6 000 m: le Misti, le Picchu Picchu et le Chachani. Le sillar (roche calcaire blanche de nature volcanique et acide), utilisé dans la construction des immeubles de la ville, explique le surnom de « la blanca » ou la ville blanche, donné à Arequipa. Votre séjour à Arequipa servira de transition et d’adaptation à l’altitude. Votre guide pourra vous conseiller et vous aider à vous adapter plus facilement à l’altitude (eau minérale, tisanes, repos et oxygénation en cas de besoin). Voici les principaux lieux à visiter à Arequipa :

 

1. Le centre historique autour de la « Plaza de Armas »

Construit en sillar, il représente un mariage judicieux entre l’architecture coloniale (style baroque) et la maçonnerie locale. La blancheur du sillar se retrouve dans les arcades, les voûtes, les restaurants et les cours. Ses maisons anciennes, en adobe, ont des toits en chaume.

 

2. Le monastère Santa Catalina

Ce couvent a été fondé en 1580. Il est toujours occupé actuellement par une vingtaine de religieuses qui utilisent 5 000 m² sur une superficie totale de plus de 20 000 m². Avec ses 5 rues portant des noms de villes espagnoles, il constitue « une ville dans la ville ». Son ouverture au public date de 1970. Ses éléments (cloîtres, parloirs, maisons anciennes avec portails en sillar…), de styles coloniaux assez variés, ont été bâtis durant une période allant du 16ème au 19ème siècle.

 

3. La Cathédrale d’Arequipa

De style néoclassique, elle a été fondée en 1656, au nord de la « plaza de Armas ». À l’intérieur, vous découvrirez des éléments de décor de diverses origines, lustre de Byzance, colonnes sculptées en marbre d’Italie…

 

4. Baignade dans l’une des 5 piscines des thermes de la Calera

À Chivay, près du canyon de Colca où la température moyenne ne dépasse pas les 15°C, vous pourrez vous baigner dans une eau thermale chaude, de 36 à 38°C ! La plupart des thermes sont en extérieur, dans un décor andin très agréable.

 

5. Visite du canyon de Colca

Cette visite est selon nous incontournable lors d’un voyage au Pérou ! Située à 164 km d’Arequipa, cette vallée intramontagnarde est connue pour ses villages dispersés et ses terrasses agricoles. Le canyon culmine à plus de 4300 m ! En s’arrêtant à la Croix du Condor, vous pourrez vous rendre compte de la profondeur de ce Canyon qui dépasse les 3 000 m, et également contempler les Condors en train de flâner entre les grands escarpements des montagnes. Il y a de nombreux miradors et belvédères à partir desquels vous pourrez prendre des photos extraordinaires des cultures en terrasse. Ici, la faune et la flore sont d’une extrême richesse. Les Vigognes (camélidés sacrés chez les Incas) peuvent être observées dans « la réserve nationale de Salinas y Aguada Blanca » située au pied du volcan Chachani. Leur laine sert à fabriquer des tissus de très haute qualité (il faut rappeler que Simon Bolivar avait tenu à ajouter l’image de la vigogne sur le drapeau péruvien). Dans cette réserve et dans les plateaux d’Arequipa en général, il est possible de voir d’autres camélidés protégés, comme les lamas et les alpagas. Pour le lama, la taille varie de 1 à 1,20 m et son poids peut dépasser les 180 kg. L’alpaga, quant à lui, ne dépasse pas 1 mètre et pèse au maximum 80 kg. La couleur du lainage peut être blanche, noire et blanche, grise, marron…

 

Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.

Nazca est une ville de 30 000 habitants qui se trouve au sud du Pérou. Son nom évoque une civilisation qu’a connue le Pérou, de l’an 300 avant J.C. à l’an 800 après J.C. (avant les Incas), la civilisation Nazca. Trois principales visites se réalisent à Nazca:   1. La découverte des…
Lire la suite

Nazca est une ville de 30 000 habitants qui se trouve au sud du Pérou. Son nom évoque une civilisation qu’a connue le Pérou, de l’an 300 avant J.C. à l’an 800 après J.C. (avant les Incas), la civilisation Nazca. Trois principales visites se réalisent à Nazca:

 

1. La découverte des lignes de Nazca

Ces lignes se trouvent à 433 km au sud de Lima. Leur découverte se fait en les survolant, dans un petit avion de 5 places à 10 places. On peut aussi découvrir quelques figures depuis un mirador, situé à 25 km au nord de Nazca. Les lignes de Nazca sont des géoglyphes de très grandes dimensions, qui ont été gravés sur le sol rocheux par la civilisation Nazca, avec une profondeur qui varie entre 20 et 30 cm. Ces dessins gigantesques d’animaux (oiseaux…), de plantes et de formes géométriques variées, s’étendent sur une superficie de 500 km² située sur le plateau désertique de la ville de Nazca. Leur signification n’est pas encore connue et les hypothèses sont nombreuses: certains les lient à des croyances et des rites religieux, d’autres à un calendrier astronomique, etc… Leur perfection et leur étendue forcent le respect. Parmi les principaux dessins et formes qu’on pourra voir à partir du ciel, on retrouve la Baleine, l’Astronaute, le Singe, le Renard, le Colibri, la grande Araignée, le Condor ou encore le Flamant (qui dépasse facilement les 300 m).

 

2. Le cimetière à ciel ouvert de Chauchilla se trouve dans une zone désertique sèche, à 28 km de Nazca.

Cette nécropole couvre une période de plus de 2000 ans, et renferme une centaine de tombes appartenant à la culture « Icachincha » qui a précédé celle des Incas. Une dizaine parmi elles sont ouvertes au public. Ces tombes ont été construites avec de grandes briques en terre cuite, et chacune d’entre elles contient des momies en position foetale. Vu la sécheresse du climat, on y trouve des momies extrêmement bien conservées. Parfois, elles sont accompagnées d’ossements, de restes de tissus anciens, de cordelettes à caractère funéraire, et d’objets divers offerts aux morts.

 

3. Le site de Cahuachi

Site archéologique qui fut un important centre religieux ou centre de pèlerinage, s’étendant sur 20 KM². On peut y voir notamment une pyramide de plus de 20 m de hauteur comportant 7 terrasses.

 

Vous aimeriez découvrir Nazca et ses lignes énigmatiques ? Alors inscrivez-vous: Circuit les Incontournables du Pérou ou bien contactez-nous !

 

Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.

Cette ville qui se trouve en plein désert, à 300 km au sud de Lima, fondée en 1563 par Geronimo Luis de Cabrera, est à découvrir lors d’un voyage au Pérou. Aujourd’hui, Ica est la 10ème ville du Pérou avec 300 000 habitants. En passant par Ica, voici les activités que vous pourrez faire :…
Lire la suite

Cette ville qui se trouve en plein désert, à 300 km au sud de Lima, fondée en 1563 par Geronimo Luis de Cabrera, est à découvrir lors d’un voyage au Pérou. Aujourd’hui, Ica est la 10ème ville du Pérou avec 300 000 habitants. En passant par Ica, voici les activités que vous pourrez faire :

 

1. Visite d’une cave artisanale pour la préparation du Pisco

Parmi plus de 80 caves qui existent autour d’Ica, il sera bon de choisir l’une des plus réputées dans cette spécialité, à savoir Tacama, Vista Alegre ou encore El Catador. Elles utilisent encore des alambics datant du 18ème siècle ! Le Pisco est un alcool obtenu à partir des vignobles de la vallée d’Ica. Pour les amateurs, une boisson moins forte, fraîche et mousseuse, appelée Pisco Sour pourra être goûtée. C’est un cocktail à base de Pisco pur, de citron vert, de sucre liquide de canne, de blancs d’œuf, et de glaçons (un peu de cannelle peut éventuellement être ajouté à la fin). Vous aurez l’occasion de déguster le « Pisco Sour » à plusieurs reprises durant votre voyage…

 

2. Les musées

Au musée régional Adolfo Bermudez Jenkins, vous découvrirez les traces des différentes civilisations du Pérou (depuis 2000 avant J.C.) ainsi que des textiles, des meubles et des peintures de la période coloniale. On y trouve des momies précolombiennes, avec des crânes allongés (appartenant à des familles de rang supérieur), portant encore leurs cheveux et des signes de trépanation. Le Museo Piedras Grabadas renferme une grande variété de pierres utilisées à travers l’histoire.

 

3. L’oasis de Huacachina

Verdure (palmiers à 7 têtes, acacias…) et hôtels autour d’une petite lagune entourée par les dunes de sable. En fin d’après-midi, vous pourrez faire une balade en buggy à travers les dunes de sable, et contempler le coucher du soleil sur le désert (magnifiques photos garanties). Certains pourront même essayer la pratique du Sandbord (surfing sur le sable). En général, les sorties en buggy durent une petite heure jusqu’au coucher du soleil dans le désert: moment inoubliable !

 

4. La Cathédrale d’Ica

Cette église du 18ème siècle a été construite selon 2 styles architecturaux, le style baroque pour son intérieur et le style néoclassique pour l’extérieur (l’église de Luren, quant à elle, reste toujours détruite suite au tremblement de terre d’Août 2007).

 

Découvrez le vignoble d’Ica et son oasis grâce à notre circuit les Incontournables du Pérou.

 

Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.

Paracas est un village de pêcheurs, situé sur une péninsule de la côte pacifique, à 260 km au sud de Lima et à 15 km de Pisco. La baie de Paracas est considérée comme l’une des plus grandes réserves marines de la planète. En effet, le courant de Humboldt (courant marin froid)…
Lire la suite

Paracas est un village de pêcheurs, situé sur une péninsule de la côte pacifique, à 260 km au sud de Lima et à 15 km de Pisco. La baie de Paracas est considérée comme l’une des plus grandes réserves marines de la planète. En effet, le courant de Humboldt (courant marin froid) y produit une grande quantité de plancton animal (zooplancton), et végétal (Phytoplancton), ce qui représente une nourriture de choix pour les poissons, les crustacés et les mollusques. Au port de Paracas « el Chaco », vous découvrirez la symbiose entre les habitants, la mer et la nature environnante. Lors de votre passage à Paracas, voici une liste des endroits à visiter:

 

1. La réserve nationale de Paracas

Appartenant à la province de Pisco, cette réserve du désert péruvien s’étend sur 335 000 hectares, dont 217 594 hectares dans l’océan Pacifique. Créée en 1975, elle a pour but de protéger certaines espèces menacées:

Des oiseaux comme les pélicans, le goéland gris, la sterne inca, le bec en ciseaux noir, le pluvier argenté, le cormoran de Gaimard et de Bougainville, le condor des Andes, le manchot de Humboldt et le flamant du Chili ;
Des poissons comme la bonite du Pacifique oriental, la raie, l’Etropus externes, le Mustelus whitneyi, l’anchois et la sardine du Pérou ;
Dans la zone marine de la réserve, on trouve aussi des mammifères comme l’Otaria flavescens(otarie à crinière, le lion marin), l’otarie australe à fourrure, le dauphin commun à bec court et la loutre marine ;
D’autres animaux marins comme la tortue luth, la tortue verte, les lézards, les geckos, les pieuvres, les calmars, les palourdes, les crabes, les emeritas.
Concernant la flore, la réserve renferme une très grande variété d’algues (plus de 250) et l’Ulva fasciata ou laitue marine. Dans la zone désertique proche de la côte, on trouve des lichens, des morelles, de l’oxalis et des Geoffroea decorticans (arbustes).

 

2. La « cathédrale »

Une énorme masse rocheuse sur le littoral, sculptée par les vagues et les vents de sable soufflant du continent. Sa forme concave est une grotte où logent des loutres (mammifères carnivores) et des oiseaux marins. Le tremblement de terre d’Août 2007, qui a frappé la province de Pisco, l’avait endommagée en partie.

 

3. Les îles Ballestas

Leur nom provient des rochers creusés en forme d’arche. Étant l’une des régions les plus poissonneuses du globe, la baie de Paracas contient plus de 180 espèces de poissons, dont une dizaine de dauphins. Cette faune marine assez riche, attire plus de 60 espèces d’oiseaux marins, et près de 4 000 otaries ou lions marins. Ses oiseaux marins les plus célèbres sont le manchot de Humboldt, le cormoran de Bougainville, le cormoran à bec rouge, le Sterne Inca, le pélican thage et le fou varié. La quantité d’oiseaux est telle qu’on y récolte, périodiquement, le guano accumulé sur les rochers des îles Ballestas. Ce guano (fientes d’oiseaux) est mis en sac et exporté dans différents pays où il sera utilisé principalement comme fertilisant naturel. Une promenade de 2 h, en bateau, entre ces îles, vous permettra de découvrir cette réserve naturelle unique au monde, à l’occasion de votre voyage au Pérou.

 

4. Le Chandelier de Paracas

C’est une figure gravée sur un grand rocher, qui domine le nord-ouest de la baie de Paracas, et qui est toujours visible à partir de la mer.

 

Avec notre circuit les Incontournables du Pérou vous pourrez visiter Paracas et l’ensemble de ces sites.

Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.

Un voyage au Pérou passe nécessairement par Lima. Nommée « Ville des Rois » par son fondateur Francisco Pizarro, la capitale du Pérou se distingue par son architecture de style colonial, qui lui a valu d’être classée comme « patrimoine mondial de l’Unesco ». Lima est souvent la 1ère étape des circuits. Voici les principaux endroits à visiter :…
Lire la suite

Un voyage au Pérou passe nécessairement par Lima. Nommée « Ville des Rois » par son fondateur Francisco Pizarro, la capitale du Pérou se distingue par son architecture de style colonial, qui lui a valu d’être classée comme « patrimoine mondial de l’Unesco ». Lima est souvent la 1ère étape des circuits. Voici les principaux endroits à visiter :

 

1. Le centre ancien

Le bassin de bronze de la place d’Armes, la place San Martin, la cathédrale de Lima datant du 17ème siècle de style baroque colonial, et le mausolée de Francisco Pizarro qui s’y trouve, l’Église de San Francisco et son couvent, l’Église de Santa Rosa, le Sanctuaire des Nazaréens, l’université nationale majeure San Marcos qui date de 1551, le palais Torre-Tagle occupé actuellement par le ministère des affaires étrangères, le théâtre municipal, ses grandes maisons…

 

2. Les quartiers

Avec son style américain, Miraflores est le quartier riche et moderne de Lima. Le touriste y trouvera toutes les commodités, restaurants (cuisine locale et internationale), commerces de luxe (shopping), bars, hôtels 3, 4 et 5 étoiles, night-clubs, plage et animations, parcs… À San Isidro, vous pourrez en plus du quartier d’affaires, visiter 2 ruines précolombiennes, à savoir la Huaca Huallamarca et la Huaca Juliana. Le quartier Barranco est celui des expositions d’artistes et des soirées musicales. Si vous voulez déguster du vin local, allez découvrir les caves de Santiago de Surco. Ceux d’entre vous qui disposent d’une marge de temps libre, peuvent visiter d’autres quartiers comme Jésus Maria, San Borja…

 

3. Le site de Pachacamac et son Oracle, témoins des civilisations précolombiennes

 

4. La pyramide de Huaca Pucllana à « Miraflores »

Construite après le 3èmesiècle, sur 7 plateformes gigantesques, ses adobes verticaux en argile et les restes des corps de femmes sacrifiées. L’existence de fosses réservées aux animaux offerts à la divinité Lima et Wari atteste que ce grand monument était réservé aux jeux rituels.

 

5. Les musées

Le musée précolombien « Larco » et sa pyramide, regroupe 45 000 pièces archéologiques accessibles au public avec notamment, des bijoux en or et en argent, des tissus, des coupes et des céramiques. Le Musée d’Or précolombien, qui possède 8 salles d’exposition d’objets métalliques, le « Museo de la Nacion » avec sa collection d’œuvres précolombiennes et le « Museo de la inquisicion » dont les statues de cire mémorisent la torture des détenus…

 

Lima est visité dans nos circuits : Les Incontournables du PérouLe Sud du Pérou et bien sûr dans vos voyages sur mesure si vous le souhaitez.

 

Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.