Quand on pense au Pérou, les premières images qui nous viennent sont évidemment les sites archéologiques incas, le Machu Picchu, et la cordillère des Andes. Pourtant, la forêt amazonienne couvre près de 60% du territoire péruvien… Pour les touristes, elle est toujours surprenante, dépaysante et magnifique !   Découvrir la forêt amazonienne au…
Lire la suite

Quand on pense au Pérou, les premières images qui nous viennent sont évidemment les sites archéologiques incas, le Machu Picchu, et la cordillère des Andes. Pourtant, la forêt amazonienne couvre près de 60% du territoire péruvien… Pour les touristes, elle est toujours surprenante, dépaysante et magnifique !

 

Découvrir la forêt amazonienne au Pérou

L’Amazonie constitue la forêt tropicale la plus grande et la plus riche en biodiversité. On la découvre en partant de lodges, parfois très confortables et bien équipés, lors d’excursions à la journée. Les excursions se font soit à pieds sur les petits sentiers de la jungle, les « Trochas », ou par bateau.

Visiter la forêt amazonienne, c’est découvrir tout un écosystème avec des plantes impressionnantes. Dans la jungle, on perd ses repères de taille à cause d’arbres immenses pouvant atteindre 40 mètres de hauteur pour un tronc de 3 mètres de diamètre. Ce paysage naturel se vit dans une ambiance sonore unique, la vie des animaux, insectes, singes ou perroquets aux couleurs vives.

 

Accéder à la forêt amazonienne

La forêt amazonienne péruvienne se visite depuis différents endroits du Pérou : dans le nord à Iquitos avec notamment la réserve Pacaya Samiria, dans la région du Cusco (parc national de Manu), dans le sud à Puerto Maldonado.

C’est la zone de Puerto Maldonado qui est souvent privilégiée pour les visites car elle dispose de structures modernes et de confort, et elle est aussi accessible facilement par avion depuis Cusco ou Lima. Mais si vous en avez le temps dans la région de Cusco, le parc national de Manu propose la plus grande biodiversité d’Amazonie. L’accès particulièrement long, par bateau et piste, le réserve aux personnes ayant un budget plus élevé.

Vous trouverez à Puerto Maldonado la réserve nationale Tambopata-Candamo et son attraction célèbre: la Collpa de Guacamayos, des perroquets multicolores qui, à l’aube, s’attroupent par centaine pour manger l’argile des bords de la rivière.

 

L’Amazonie avec Voyages Incas

Nous vous proposons de découvrir la forêt péruvienne grâce à notre extension de circuit Amazonie. Cette extension vous conduit pendant 4 jours et 3 nuits (ou 3 jours et 2 nuits) dans la région de Puerto Maldonado. Après 1h30 de navigation sur le fleuve « Madre de Dios » depuis la ville, vous arriverez dans votre lodge, au coeur de la forêt amazonienne. Tous les repas seront servis dans le restaurant du lodge, et donc toutes les excursions ou balades se font par demi-journée.

Nous vous conseillons d’ajouter cette extension en fin de séjour pour profiter des lieux pour vous reposer.

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous.

Le Machu Picchu est le premier site touristique du Pérou, il est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983. Situé dans la Vallée Sacrée entre les Andes et la forêt amazonienne, la cité sacrée des incas culmine à 2 438 mètres d’altitude. Les ruines se trouvent sur la crête entre les sommets…
Lire la suite

Le Machu Picchu est le premier site touristique du Pérou, il est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983.

Situé dans la Vallée Sacrée entre les Andes et la forêt amazonienne, la cité sacrée des incas culmine à 2 438 mètres d’altitude. Les ruines se trouvent sur la crête entre les sommets du Huayna Picchu et du Machu Picchu qui lui a donné son nom. Le site surplombe la rivière Urubamba d’une falaise de plus de 600 mètres.

Difficile d’accès, le Machu Picchu n’a été redécouvert que tardivement, en 1911 par l’historien américain Hiram Bingham. Une découverte qui n’en est pas vraiment une puisque le site n’a jamais réellement été oublié par les populations locales.

 

Histoire du Machu Picchu

Construit dans l’aire géographique sacrée de Cusco vers 1440, à l’apogée de l’empire inca, le Machu Picchu a dû être déserté un siècle plus tard lors de la conquête espagnole. La cité sacrée des incas devait pouvoir abriter plus de 1000 personnes, essentiellement l’élite religieuse et politique, les travaux agricoles étant effectués par des travailleurs venant de toutes les provinces de l’empire. Malgré la construction de cultures en terrasse, la ville restait dépendante des importations venant des autres provinces.

Les conquistadors n’ont jamais découvert la cité, qui n’a donc pas été pillée ou détruite, mais sans l’influence des incas de Cusco, les lieux ont perdu leur sens autant que leur source d’approvisionnement. De plus, la ville a dû se vider pour rejoindre la cour en exil lors de la résistance contre l’envahisseur.
Il est possible aussi que les habitants soient morts à cause de la variole introduite par les espagnols.

Si la cité est abandonnée, les zones de culture sont utilisées jusqu’au XXe siècle, ce qui indique que le lieu n’a pas disparu de la mémoire collective. En juillet 1911, l’historien américain Hiram Bingham est guidé jusqu’à la ville oubliée par un agriculteur local. Sans être le découvreur de la cité sacrée, Bingham a permis son exploration.

 

La Cité Sacrée des Incas

Le site du Machu Picchu se découpe en deux zones: une zone agricole et une zone urbaine.

La zone agricole: exposée au sud, cette zone est découpée en terrasses dont la structure est faite de pierres, d’argile et de terre. Ce choix ingénieux des incas permet à l’eau de circuler pour éviter que la structure s’effondre. Elle tient encore aujourd’hui…

Dans cette zone, on pouvait produire du maïs, des pommes de terre et des légumes permettant d’alimenter la cité.

La zone urbaine: séparée de la zone agricole par un long mur de 400 mètres, la zone urbaine du Machu Picchu se découpe en deux axes:

  • Le premier est une grande place construite en terrasses
  • Le second est un escalier qui fait office de rue principale

A l’intersection de ces deux axes, on trouve la zone sacrée et les quartiers nobles où pouvait résider l’empereur inca.

Dans cette zone sacrée, on trouve le temple du soleil consacré à Inti, le dieu Soleil, principale divinité des incas. Le Machu Picchu devait être un lieu de culte, en témoigne la quantité de temples.

Dans les quartiers nobles, une sorte de tour conique construite en blocs de pierre finement taillé attire l’attention. C’est le Torréon à l’intérieur duquel on trouve des autels sacrificiels. Sous  le Torréon, une petite cavité pouvait servir de mausolée pour accueillir les momies.

 

Accéder au Machu Picchu

Le site est accessible à tous.

Le plus simple et le plus commun pour aller au Machu Picchu est de prendre le train touristique, soit depuis Cusco, soit depuis Ollantaytambo. Ce train nous emmène jusqu’au village d’Aguas Calientes (ou « Machu Picchu Pueblo »), situé en contrebas de la cité sacrée. A Aguas Calientes, des navettes peuvent vous conduire, par une route sinueuse, à l’entrée du Machu Picchu.

Il est également possible de se rendre au Machu Picchu à pied en faisant le fameux trek du « chemin de l’inca ». Ce trek de 4 jours est l’un des plus connus, mais maintenant il n’est accessible qu’en passant par une agence de voyage, et est très contrôlé. Le « chemin de l’inca » passe par plusieurs cols dans les Andes, dont un à plus de 4000 mètres d’altitude: il n’est donc pas à la portée de tous…

Quel que soit votre moyen d’accéder au site, le Machu Picchu limite le nombre de visiteurs, en théorie, à 2500 par jour.

 

Le Machu Picchu avec Voyages Incas

Il est préférable d’arriver tôt sur le site du Machu Picchu. Dans nos circuits, nous proposons donc de dormir la veille à Aguas Calientes, la petite ville située au pied du Machu Picchu. Cela permet de pouvoir visiter la cité sacrée dès le lever du jour… Le spectacle est alors magique: souvent, un peu de brume recouvre le site, puis la cité inca apparait petit-à-petit… Un moment inoubliable !

Suite à la visite guidée du Machu Picchu, le temps libre permet à ceux qui le veulent de monter jusqu’à Inti Punku (la porte du soleil): la vue sur tout le site de le cité inca est impressionnante !

 

Le Machu Picchu est le lieu incontournable de tout séjour au Pérou. Le site se visite bien sûr dans nos circuits : Les Incontournables du Pérou, Le Sud Pérou ou sur mesure.

Cusco est une ville située à une altitude de 3 400 m dans la Cordillère des Andes, au sud-est du Pérou. En quechua, Cusco veut dire nombril, véritable centre du monde pour les Incas. Fondée au XIème siècle, l’ancienne capitale de l’empire Inca compte aujourd’hui 350 000 habitants. Partiellement détruite en 1535 lors de…
Lire la suite

Cusco est une ville située à une altitude de 3 400 m dans la Cordillère des Andes, au sud-est du Pérou. En quechua, Cusco veut dire nombril, véritable centre du monde pour les Incas. Fondée au XIème siècle, l’ancienne capitale de l’empire Inca compte aujourd’hui 350 000 habitants. Partiellement détruite en 1535 lors de la conquête espagnole, la ville demeure une étape absolument incontournable pour les circuits touristiques :

 

1. À voir au cours de la traversée de l’Altiplano péruvien (trajet Puno – Cusco)

  • Le Musée de Pukara: un 1er arrêt au musée de Pukara vous permettra de découvrir l’histoire des peuples andins, traversant les hauts plateaux avec leurs troupeaux d’alpagas et de lamas, de l’an 500 avant J.C à l’an 400 après J.C.
  • Un 2ème arrêt au col de la Raya: avec une altitude de 4 335 m, il est le point le plus élevé de l’Altiplano péruvien, entre les contreforts est et ouest des Andes centrales.
  • Le complexe archéologique de Raqchi avec l’imposant temple Wiracocha (12 m de hauteur) et ses gros blocs de pierre volcanique taillés et bien ajustés. À côté se trouvent les silos (qolqas) pour ravitailler les pèlerins allant à Cusco.
  • La Chapelle Sixtine du Pérou au village d’Andahaylillas: édifiée en pleine nature par les Jésuites en 1580, cette magnifique église, aux 3 croix de style baroque, se trouve à une altitude de 3 198 m, à 35 km de Cusco. Elle renferme des fresques du peintre espagnol Luis de Riano et plusieurs tableaux appartenant à l’école de Cusco. Son autel est ciselé d’or !

 

2. Visite de la ville de Cusco: classée par l’UNESCO en 1983 comme « Patrimoine culturel de l’humanité », Cusco n’en finit pas de dévoiler ses secrets aux visiteurs

  • La Plaza de Armas: à l’époque Inca, y était organisée la fête annuelle du soleil. C’est dans ce lieu qu’a été tué Tupac Amaru, le dernier souverain de la dynastie de Manco Inca. En 1566, on y a construit la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption et l’église de la Compagnie de Jésus, style renaissance.
  • La Koricancha ou le Temple du soleil: 5 temples et un grand jardin artificiel doré. Le lieu le plus sacré pour les Incas est aujourd’hui dirigé par des moines dominicains.
  • Les Musées: musée Inca, musée de l’Art précolombien, musée du Caoutchouc et du Chocolat, musée de l’Art religieux et musée d’histoire régionale.
  • Le marché San Pedro: de très nombreux petits stands vous permettent de trouver fruits, légumes, fleurs, artisanat, cadeaux… Marché très pittoresque riche en couleurs, odeurs et saveurs, et où on peut parfois trouver des choses très surprenantes…

 

3. Visite des villages et des ruines de la Vallée Sacrée des Incas, pendant votre voyage au Pérou

  • Pisac: ses ruines Incas, perchées sur une colline, ses terrasses agricoles sur les versants abrupts, et son fameux marché très coloré du dimanche matin.
  • Chinchero: ses ruelles pavées, ses pierres taillées, ses terrasses, ses teintureries…
  • Machu Picchu: site à caractère religieux, ville où résidait l’empereur Pachacutec, cité absolument incroyable classée au patrimoine mondial depuis 1983 (Unesco) et l’une des 7 nouvelles merveilles du monde.
  • Moray: ce site archéologique représente un centre Inca de recherches agricoles. Il se trouve à 50 km au nord-ouest de Cusco. Ses terrasses en cercles concentriques forment 3 amphithéâtres (1 principal + 2 secondaires). Construites avec des murs de soutènement, ces terrasses pépinières produisaient plus de 250 espèces de plantes.
  • Les salines de Maras: paysage étonnant et magique, près du site de Moray au cœur de la cordillère des Andes

 

Découvrez toutes ces merveilles dans nos circuits: Les Incontournables du Pérou, Le Sud du Pérou et bien sûr dans un voyage sur mesure si vous le souhaitez.

 

Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.

Fondée en 1657 sous le nom de San Juan Bautista de Puno, située à 3827 m d’altitude sur les bords du lac Titicaca, la ville compte aujourd’hui près de 150 000 habitants. Etant la capitale régionale de l’Altiplano péruvien, elle est un point de passage obligatoire pour les circuits touristiques et également vers…
Lire la suite

Fondée en 1657 sous le nom de San Juan Bautista de Puno, située à 3827 m d’altitude sur les bords du lac Titicaca, la ville compte aujourd’hui près de 150 000 habitants. Etant la capitale régionale de l’Altiplano péruvien, elle est un point de passage obligatoire pour les circuits touristiques et également vers la capitale bolivienne La Paz. Voici quelques endroits qui méritent d’être visités à Puno, lors de votre voyage au Pérou :

 

1. Le lac Titicaca

Son nom, en aymara, signifie Roc du puma, et désigne un grand rocher qui se dresse au milieu de l’une de ces îles, l’Isla del Sol ou l’île du soleil. Cette île, la plus grande du lac, est le véritable centre de la mythologie Inca (lieu de naissance de Manco Cápac et Mama Ocllo, couple fondateur de la dynastie Inca…). Situé à une altitude de 3 812 m, sur la frontière entre le Pérou et la Bolivie, le lac Titicaca est considéré comme le plus haut lac navigable du monde. Il s’étend sur une superficie d’environ 8 500 km² (4 772 km² au Pérou). Sur ce lac, d’une longueur de 190 km et d’une profondeur moyenne de 107 m, se trouvent plusieurs îles: l’isla del sol (île du Soleil), Taquile, Amantani, isla de la Luna, Suriqui et les Uros (îles flottantes).

 

2. Les îles flottantes Uros

Leur nom vient de celui des tribus indiennes qui les peuplaient. Ici, la végétation est polyvalente. Ces îles, dont le nombre avoisine 60, sont des îles artificielles fabriquées avec des roseaux flottants, la Totora (plante macrophyte de surface). Les couches sont superposées de manière judicieuse et l’amarrage garantit la stabilité de ces îles. Ces roseaux servent aussi à construire les maisons, le mobilier, et même les embarcations (balsas) en forme de dragon, ou de cygne. La partie basse des roseaux, appelée chullu est comestible.

 

3. L’île de Taquile

Ses habitants ont conservé leur train de vie originel. Autosuffisants, leurs échanges avec les villes avoisinantes sont très limités. Leurs revenus proviennent essentiellement de la vente des produits de l’artisanat (vêtements en laine d’Alpaga, tapis et ustensiles en roseau…) et parfois de l’hébergement des touristes dans leurs maisons pour une ou 2 nuits, rendu obligatoire vu l’absence d’hôtels à Taquile.

 

4. Le site archéologique de Sillustani

Datant de la période pré-inca, ce site funéraire se trouve sur les rives du lac Umayo, à 34 km de Puno, et à une altitude de 3 840 m. Ses tombes en forme de tours cylindriques sont appelées Chullpas. Leur hauteur est comprise entre 8 et 12 m. Elles ont été édifiées avec de la pierre taillée et de la chaux, pour enterrer des personnages de rang élevé chez les Colla, un peuple de guerriers qui a gouverné la région avant la venue des Incas. Selon les rites funéraires des Colla, les corps momifiés des membres de la même famille (10 au maximum) devaient être enterrés dans la même tombe. Trois indices nous permettent de conclure que les Colla croyaient à un autre cycle de vie possible après la mort: la momification et les objets de valeurs mis à côté des momies, la position fœtale du corps et une seule ouverture de la tombe du côté de l’est (le lever du soleil, signe d’une nouvelle vie ?).

 

Découvrez le lac Titicaca avec nos circuits

 

Droits d’auteur protégés par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.